26 Oct Une pintade à Bruxelles

Please-Surprise Me bons cadeaux insolites à Bruxelles et en Belgique

Toujours au top du top des ventes sur Amazon depuis 15 jours, le guide d’ « Une Vie de Pintades à Bruxelles » a le vent du nord en poupe! Elisabeth Clauss Française d’origine et Belge de cœur depuis 1998, auteure du guide paru aux Editions Calmann Lévy, est au taquet.

Please Surprise Me! Bons cadeaux insolites à Bruxelles et en BelgiqueDes mois que je n’avais plus vu Elisabeth, ex collègue de plume au ELLE Belgique, lorsque mon téléphone sonne. Au volant de mon caddie, respectant les limitations de vitesse au carrefour de Uccle, une voix bien connue me hèle joyeusement « Salut Isabeau, c’est Elisabeth, veux-tu être ma pintade? » Voilà comment je me retrouve en page 319 du guide « Une Vie de Pintade à Bruxelles »!

Un guide qui a le mérite de vous étonner! Bruxelles, que l’on croyait trop sage, est loin d’être ennuyeuse. Bruxelles l’unique, avec ses cantines et ses créateurs créatifs qui donnent naissance à des tas d’idées multicolores et atypiques. Bruxelles est rigolote!

Elisabeth aussi! Dans un style emprunt de légèreté, elle raconte les femmes, la mode et le quotidien au cœur de Bruxelles, le parfait melting pot de différentes cultures.

Quelques mots sur ‘Les Pintades »

En 2004, Laure et Layla affirmaient dans Les Pintades à New York (Eds Jacob-Duvernet) que si l’Occidentale est névrosée, alors la New-Yorkaise en est au stade terminal. La Londonienne n’a rien à envier à sa cousine outre-Atlantique. La Parisienne non plus d’ailleurs. Quand on est une femme aujourd’hui, on est forcément un peu pintade.

Pour elles, ce surnom n’a rien de péjoratif. Au contraire. C’est un pied de nez, un statement, qui rend hommage aux multiples facettes des femmes. La pintade, égérie du nouveau féminisme ? Ab-so-lu-ment.

Que l’on soit à Moscou, à Rio, à Dakar, à Tokyo ou à Oulan-Bator, même combat. On a un Jules (ou une Julie), des enfants, on travaille, on veut être belle et, qu’on se le dise, on revendique le droit à la frivolité. La pintade aspire à pouvoir être sérieuse et légère à la fois. Pintades assumées, il leur a semblé impensable de ne pas se lancer dans l’exploration des autres basses-cours du monde. Après avoir sondé la psyché des New-Yorkaises, elles confient donc à nos soeurs de plume(s) le soin de décoder les modes de vies des oiselles de leurs territoires, sans oublier de vous livrer leurs adresses et leurs bons plans.

Après avoir créé le concept des Pintades, elles proposent aujourd’hui de vous faire découvrir en images, les coulisses féminines d’une ville. Retrouvez Laure et Layla dans les Nouveaux Explorateurs, sur Canal Plus. Les Pintades, c’est un peu comme avoir une meilleure amie dans chaque ville.

Pour tout savoir sur les Pintades : http://lespintades.com/